SOCIETE

    Une société est un groupe organisé d'êtres humains ou d'animaux, ayant établi des relations durables, qui vivent sous des lois communes, qui ont une forme de vie commune, qui sont soumis à un règlement commun (exemple : Société secrète) ou qui ont un centre d'intérêt commun (exemple : Société littéraire). Plus largement la société est l'état de vie collective. (Exemple : la vie en société). En ethnologie la société désigne un groupe humain organisé et partageant une même culture, les mêmes normes, mœurs, coutumes, valeurs….

En sociologie, la société est l'ensemble des personnes qui vivent dans un pays ou qui appartiennent à une civilisation donnée.En droit, une société est l'enveloppe juridique qui donne la personnalité morale à une ou plusieurs personnes (physiques ou morales) qui se sont associées en apportant des moyens matériels et humains en vue de la réalisation d'un objectif commun ou le partage de bénéfices.

Le concept de Société civile se banalise de plus en plus. Ce ne sont pas seulement les politiciens, mais également les médias et les scientifiques qui, ces dernières  années, font un usage de plus en plus fréquent du concept. Etant confronté à l’expression «société civile», on a peut-être une vague idée de sa signification. Qui représente-t-elle vraiment – ou bien, que représente vraiment cette société civile? Où trouve-t-on ses origines et quel objectif poursuit elle de nos jours?

D’après John Locke, il était du devoir de l‘Etat de garantir au citoyen l’égalité devant le droit, la liberté, l’intégrité et la propriété. S’il ne se conformait pas à ce principe, les citoyens avaient le droit, au titre de société citoyenne, de se rebeller.

Charles de Montesquieu attribuait beaucoup moins à la société citoyenne le rôle de contrôleur de l’Etat que celui d’intermédiaire entre les citoyens et l’Etat. Il y avait, à son avis, deux sphères à bien différencier: celle de la politique, d’une part, et celle de la société citoyenne, d’autre part. 

En allemand, l‘expression «société civile» a longtemps été utilisée comme synonyme de «société de citoyens» ou «société citoyenne». Cependant, bien que les significations de ce concept convergent toutes dans la même direction, ce n’est qu’à partir de la traduction du terme «civil» en «zivil» que la tendance qui influence, de nos jours, la compréhension et l’interprétation du terme «société civile» commence à s’accentuer.

    La «Société civile» est une expression qui est devenue de plus en plus à la mode, ces dernières années. Notons que tous ceux qui en parlent ne définissent pas le concept de la même manière. Ce qui, justement, ne facilite pas l’utilisation ou la compréhension du concept de «Société civile». Ainsi, cette brochure doit d’abord servir à nous éclairer sur les nombreuses définitions et conceptions qui peuvent parfois être contradictoires. De manière globale, la Société civile peut se définir à travers deux façades: D’un côté, la société civile est considérée comme "un domaine au sein de la société, qui est apparu entre les sphères étatique, économique et privée – ou encore: entre Etat, marché et famille. Ce domaine est considéré comme un espace public composé, de nos jours, par un grand nombre de groupements plus ou moins indépendants de l’Etat, plus ou moins bien organisés, dotés de différentes formes d’organisation telles que les groupes d’initiative, les clubs ou les associations." Il est important de comprendre que la Société civile dont on parle toujours, ne forme aucunement un groupement homogène qui pourrait être représenté par une seule voix. Par ailleurs, il ne s’agit pas non plus d’une masse de citoyens isolés, qui représenteraient leurs intérêts de manière individuelle. Les personnes se regroupent plutôt librement suivant leurs centres d‘intérêt ou leur orientation personnelle et professionnelle, au sein de clubs, d’associations et/ou de mouvements sociaux, pour faire des échanges et agir ensemble en vue d’objectifs communs.

La condition pour qu’une société civile organisée existe, est la garantie de libertés individuelles et collectives aux individus (le droit de se réunir et le droit de s’associer, par exemple). C’est la seule possibilité de représenter leurs intérêts. L’espace social où cela se passe se nomme la société civile, dont nous parlons justement. En règle générale, les organisations de la société civile sont indépendantes, aussi bien des sources étatiques que des organisations économiques. Contrairement aux organisations économiques, elles ne poursuivent aucun objectif visant un quelconque profit. Elles agissent au-delà des sphères privées individuelle et familiale, et cherchent à attirer l’attention de la société et créer un impact social dans la vie publique. Une telle société civile naît, lorsque "les décisions sont confiées entre les mains de ceux qui sont directement concernés«. Les objectifs qui y sont articulés concernent toujours la «res publica » (chose publique). Ainsi, les acteurs de la société civile sont toujours impliqués dans la politique, sans pour autant viser des fonctions étatiques : ils préfèrent garder une position indépendante. De même, les groupes qui poursuivent des objectifs exclusivement privés (familles, entreprises, etc.) n’appartiennent pas à la société civile, tout comme les partis politiques, les parlements ou les administrations étatiques.(Arenhövel, 2000). De l’autre côté, «société civile» signifie "le développement de sociétés", autrement caractérisée par le terme de démocratisation. Dans le même contexte, le concept de «société de citoyens» est souvent utilisé dans le même sens. Souvent, le terme de «Société civile » sert d’appel politique exigeant 'plus de démocratie'.

Créer un site gratuit avec e-monsite - Signaler un contenu illicite sur ce site